De l'enregistrement Premiers pas

Ajouté au panier Indisponible En rupture de stock

Quand le soleil reviendra (mardi matin)
(G. Roucaute/G. Roucaute)

Paroles

Quand le soleil reviendra (mardi matin)
(G. Roucaute / G. Roucaute)

Quand le soleil reviendra
Bien planqués au fond des draps
Et quatre épaisseurs de couette
Bien repliées sur nos têtes
L'un contre l'autre enlacés
Prolongeant sur sa lancée
D'un demi-sommeil opaque
Une nuit d'amour fantasque

Au boulot, Monsieur Roucaute
Le soleil revient déjà
Vos journées ne sont pas vôtres
Vous nous les devez, c'est le contrat (bis)

Quand le soleil reviendra
Et la rumeur sur ses pas
Pas un instant concernés
Par son bruit atténué
Nous ne verrons rien venir
Et n’aurons de l’avenir
Rien de ce trouble dehors
Qui menace ce qui dort

Au boulot, Monsieur Roucaute
C’est l’heure et vous n’êtes pas
Au boulot avec les autres
Dites-moi, que justifie cela ?(bis)

Quand le soleil reviendra
Tête posée sur mon bras
Une goutte de lumière
Eclaboussant ta paupière
Parant des plus beaux atours
Ton sourire des bons jours
Lèvre frôleuse, œil fermé
Tu viendras me ranimer

Au boulot, Monsieur Roucaute
Les retards ne pardonnent pas
Apprenez que l’on vous note
Votre avancement marque le pas (bis)

Quand le soleil reviendra
Sans complexe et sans débat
Tu sortiras de ta manche
Que ce jour neuf, c’est dimanche
Que ce jour neuf est férié
En notre honneur dédié
Saint-Amour ou Saint-Frusquin
Et ton œil sera coquin

Au boulot, Monsieur Roucaute
Quel scandale et quel éclat
Quel exemple pour les autres
Il va vous falloir prendre le pas (bis)

Quand le soleil reviendra
Quel désordre sous les draps
Quel fouillis et quelle fête
Grande fureur de tempête
Puis sur les rive du tendre
La douceur viendra s’étendre
Annonçant pour la journée
La plus belle traversée

De boulot Monsieur Roucaute
N’en n’a plus et n’en aura
Ne fait plus partie des nôtres
Réfléchissez-y pour votre cas (bis)

Quand le soleil reviendra
Haussant d’un dernier éclat
La roseur de nos peaux nues
Qu’anime un souffle tenu
Qu’importera la nouvelle
De ma mort professionnelle
Un chômeur pour compagnon
C’est peut-être plus mignon