/
  1. l'appel de bébé

De l'album Le nouveau Roucaute

Ajouté au panier Indisponible En rupture de stock

L'appel de bébé (G. Roucaute / M. Verguet)

Paroles

l’appel de Bébé
(Gilles Roucaute / Matthieu Verguet)

Il étend sa noire influence
Sur un foyer où deux damnés
S’usent dans l’extase et les transes
A le servir et le choyer

Débordant de hargneuses biles,
Coulant de sombres infections
Ses serviteurs essuient dociles
Les plus suspectes déjections

Illuminé, ravis, radieux,
Ils vont la prunelle extatique
Cueillir des résidus glaireux
Dans des tourbillons méphitiques

Lui trône dans l’odeur abjecte
Croûtes et vomi accumulés
Tout ce qu’on lui donne il le jette
Tout ce qu’il jette faut lui donner

C'est l’appel de bébé (x4)

Il bat des cils et c’est un ordre
Il tend le doigt et c’est un souhait
On s’approche il tente de mordre
On s’éloigne on l’entend hurler

Toujours orné de soies coûteuses
Mille grigris lui sont voués
On l’adore en foules nombreuses
On psalmodie pour l’amadouer

Le culte exige des esclaves
Patience, dévouement, rigueur
Quand ils le nourrissent ou le lavent
Pour l’apaiser, quoi, quelques heures

Ils lui sacrifient leur jeunesse
Leurs jours, leurs nuits, leur vie, leur corps
Il dévore tout, ne leur laisse
Que l’obsession de son confort

Et l’appel de bébé (x4)

On tendrait à la compassion
Pour les victimes du culte odieux
S’il n’apparaissait qu’ils ne sont
Chaque jour un peu plus nombreux

Si les sinistres adorateurs
Confondant bonheur et martyre
Ne se montraient si zélateurs
Et n’espéraient nous convertir

S’ils ne conjuraient dans leur fièvre,
Monstre forçant nos bras fermés
Un étrange sourire aux lèvres
« Alors, c’est quand que tu t’y mets ? »

S’ils ne conjuraient dans leur fièvre,
Monstre forçant nos bras fermés
Un étrange sourire aux lèvres
« Alors, c’est quand que tu t’y mets ? »

A l’appel de bébé (x4)